Se sentir bien

Les massages et bien-être

Comme un bébé que l’on câline pour le rassurer et l’aider à s’endormir, l’adulte a besoin de tendresse et de contact physique. Quand on sait que notre peau compte pas moins de 720 000 terminaisons nerveuses, on comprend mieux que le toucher ait été la toute
première forme de médecine naturelle employée par l’homme, avant les remèdes à base de plantes. D’ailleurs, le tout-petit lui-même, quand il s’est cogné, a le réflexe de mettre la main sur la zone douloureuse et de la frotter.

Ils travaillent sur notre image corporelle

Le massage représente une vraie parenthèse. Son action sur le corps et sur l’esprit lui confère de véritables vertus antistress. Même si elles ne sont pas encore scientifiquement démontrées, elles s’expliquent facilement. Qu’il s’agisse de s’allonger sur la
table de massage ou de se masser soi-même, cela nous oblige à nous poser, à faire silence pour nous laisser aller. C’est déjà, toutes proportions gardées, une petite séance de méditation.

Et en mettant nos sens en alerte, nous apprenons à connaître notre corps et ses sensations. « Avec l’enveloppe corporelle, la peau participe à la construction de l’image de soi, qui peut être perturbée, explique le Dr Denis Lamboley. Chez certains patients souffrant de surpoids, le massage participe pleinement à la thérapie psycho-corporelle. »

D’un point de vue musculaire, il a pour effet immédiat d’assouplir le corps. Il détend les muscles squelettiques, évitant les raideurs et diminuant l’excitabilité. Les récepteurs situés dans la peau sont d’abord stimulés par une succession d’effleurages et de pressions. Résultat : ils sont comme neutralisés, anesthésiés, avant de se « remettre à niveau » après l’arrêt des sollicitations, précise Jean-Louis
Plouvenez, masseur-kinésithérapeute, dans son ouvrage « Massages pour le sport et le bien-être » (éd. Amphora).

Celles que le stress atteint au niveau des épaules ou dans le bas de la colonne vertébrale seront soulagées par un bon massage qui viendra à bout des « nœuds » et des tensions musculaires. Tout comme celles qui ont tendance à adopter de mauvaises postures sous l’effet de la tension (attitude voûtée…).

Ils agissent sur notre système nerveux

Les massages corporels nous montent aussi à la tête. La grande responsable de ce déferlement de sensations est l’hypophyse, une petite glande cérébrale. Stimulée, elle sécrète des endorphines (morphines naturelles qui possèdent une action antidouleur et provoquent une sensation d’euphorie). En même temps, elle produit de l’ocytocine, une substance qui, elle, engendre une baisse de la tension artérielle
et un ralentissement du rythme cardiaque.

La détente que l’on éprouve a des effets régénérants et antistress. Elle aide à rééquilibrer les systèmes sympathique et parasympathique, qui coordonnent le fonctionnement de nos organes.  Dans la pratique, la personne massée retrouve peu à peu une respiration lente, profonde et régulière.  Ses traits se détendent, ses crispations s’effacent comme si elle se réveillait en douceur d’une sieste. Des borborygmes abdominaux apparaissent, l’énergie circule, le corps se libère…
Certes, nous ne supprimons pas les grosses difficultés psychologiques, mais nous pouvons, par le toucher, aider le patient à souffler un peu, à prendre du recul…  Ce qui explique que le massage soit un véritable passeport pour le nirvana ! Parmi les quatre-vingts méthodes existantes, il y en assurément une ou deux qui vous conviennent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Warning: fsockopen() [function.fsockopen]: unable to connect to www.sweetcaptcha.com:80 (Connection timed out) in /home/atoutsbi/www/massage/wp-content/plugins/sweetcaptcha-revolutionary-free-captcha-service/library/sweetcaptcha.php on line 81